Angela, 26 ans, en pause pique-nique @ Tour Eiffel

IMGP7275

Pour la petite histoire, je voulais interviewer un ou une parisienne près de la tour Eiffel pour pouvoir prouver par A+B qu’il n’y a pas que des touristes qui s’y promènent. Petit tour d’horizon, une fois éliminé les couples qui s’embrassent en se roulant dans l’herbe et les personnes en anorak jaune transparent avec écrit «touristes» sur leurs visages, je repère enfin une jeune fille seule en train d’installer sa couverture au sol, de sortir son pique-nique et preuve ultime avec un sac Gibert Joseph. Je ne pouvais pas me tromper, normalement… Je m’approche, je lui parle, elle me regarde avec de grands yeux et me répond avec un accent «Pardonnez-moi, pouvez-vous répéter s’il-vous plaît?». Aïe. Pour la démonstration «il y aussi des parisiens près de la tour Eiffel» il faudra revenir. J’explique à nouveau la démarche, on discute, elle est adorable et son français est excellent. Et bien tant pis et finalement tant mieux car Angela avait beaucoup de choses à dire, ça lui faisait plaisir de pouvoir discuter avec une «parisienne» et c’est toujours intéressant d’avoir la vision d’une personne de passage dans cette ville qu’est Paris.

Donc voilà, Angela est Brésilienne, elle était en vacances à Paris pendant une vingtaine de jours avec deux amis. Au moment où je l’ai rencontré, c’était son dernier jour avant le grand retour à Rio et une des dernières images qu’elle souhaitait garder de Paris, c’était la tour Eiffel. Elle y était déjà venue à deux reprises : une fois de nuit pour voir les illuminations, une fois en journée pour y grimper, c’était un jour de grande chaleur et image surprenante, des personnes se baignaient dans les fontaines près du Trocadéro. Il faisait chaud, il y avait de la vie, c’était beau, un magnifique souvenir en somme. Mais attention, ce n’est pas parce qu’Angela se trouve au pied de la tour Eiffel (même à trois reprises…) que c’est une touriste «traditionnelle». Pour elle, il y a deux types de touristes «ceux qui viennent voir les principales ‘attractions’ de la ville et ceux qui viennent pour connaître Paris». Elle fait partie du deuxième type. D’ailleurs, pour leur séjour, avec ses amis, ils ont préféré vivre à la française, ce qu’ils voulaient c’était vraiment s’intégrer à la population locale, du coup, ils ont (sous?)-loué un appartement dans le 10ème arrondissement à deux pas de Château d’Eau.

Autant dire qu’elle a été surprise entre les prostituées de la rue St-Denis et les différents groupes ethniques qui se côtoient mais ne se mélangent pas. Loin d’avoir un jugement négatif sur ce quartier très populaire, bien au contraire, ce qui a marqué Angela, c’est le fait qu’il y ait une vraie diversité mais aussi division ethnique qui se voit et se ressent «il y a beaucoup de mixité… Il y a des Africains, des Chinois, aussi beaucoup d’Indiens mais tout est divisé ici, par exemple à Château d’Eau, il y a beaucoup d’Africains mais ailleurs il n’y en a pas. Au Brésil, c’est très différent, j’ai l’impression que les gens se mélangent plus». L’autre grande division qu’elle a ressenti c’est celle touristes/parisiens. Son désir, c’était vraiment d’en rencontrer, de parler avec eux, d’échanger sur les différences culturelles, sortir des préjugés – comme par exemple celui qui dit que les français sont sales (il est tenace celui-là…) «je suis professeur donc je suis obligée d’avoir une vision plus large du monde» – mais voilà elle s’est retrouvée face à un mur «les rencontres sont difficiles avec les parisiens, on a essayé mais ça n’a pas pris. Ils sont distants, sérieux. Ils regardent pour savoir si la personne est bien ou non, ils jugent avant de connaître, c’est très dur d’avoir une conversation avec eux».

Cela restera le point négatif du séjour certainement – en plus des bars et restaurants qui ferment trop tôt et ne servent plus après une certaine heure «il y a vraiment une priorité aux horaires ici, je voulais aller dans des restaurants et finalement à chaque fois c’était trop tard ‘ah non, non mademoiselle, il est dix heures, on ferme’, du coup j’ai plus mangé McDonald que français». Des petites déceptions donc mais à côté de ça, elle a aimé profiter de la diversité culturelle, les musées et surtout les parcs (Monceau, Luxembourg, jardin des plantes, champs de Mars…) et de la vie qui y règne «ici toute l’année il n’y a pas de soleil, alors dès qu’il y a un beau jour les gens en profitent. Au Brésil, il y a tout le temps du soleil donc finalement on en profite moins et puis il n’y a que la plage. Alors qu’ici les gens vont dans les jardins, ils font du vélo, ils se promènent avec leurs enfants». Angela a une vraie affection pour la France qui a commencé bien avant de venir ici. Au Brésil, elle apprend le français depuis un moment et s’intéresse à la culture française, elle va notamment à tous les festivals autour du cinéma français, son intérêt s’étend aussi au système éducatif, politique, social qu’elle admire «la qualité de vie ici est meilleure : l’école, les transports, la santé… les choses basiques de la vie tout est mieux ici».

Ce voyage, c’était donc surtout pour découvrir le pays, aller au bout de sa curiosité intellectuelle. C’est pour ça qu’elle avait choisi uniquement la France en Europe et une durée de séjour importante. Mais voilà, il semble que cette curiosité ne soit pas assouvie, avec une de ses amies, elles ont décidé pendant leur séjour de revenir d’ici un an ou deux et de rester cette fois six mois à Paris ou en France – peu importe au final – mais aussi de voyager un peu plus, de partir à la découverte des pays frontaliers «je veux juste apprendre, ne pas me limiter dans la pensée. Connaître la façon de vivre européenne». S’ouvrir à de nouveaux horizons mais en aucun cas dans l’idée de s’installer, elle aime trop son pays pour ça «seulement pour étudier, j’aime mon pays, vraiment. Ce que je veux, c’est apprendre la langue, voir des choses, voyager mais pour vivre non». Et bien Angela, à très bientôt alors pour une nouvelle conversation sur nos cultures respectives !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s